“La question de la confiance avec les armées est posée”

Dans une interview accordée à La Tribune, le député républicain François Cornut-Gentille estime que la confiance qui avait été regagnée à travers la prochaine loi de programmation militaire (LPM), est à nouveau entamée. Le député a par ailleurs déposé un amendement à l’Assemblée nationale, qui sera débattu lundi, visant à annuler les ouvertures et annulations de crédits au sein de la mission “Défense”, afin que le gouvernement revienne au cadre fixé par la LPM, à savoir le financement interministériel des surcoûts des opérations extérieures et des missions intérieures.

Que pensez-vous de la décision du gouvernement de faire participer le ministère des Armées à une nouvelle tranche de financement des opérations extérieures (OPEX) ?
C’est une ponction de 800 millions d’euros quasiment. Le gouvernement annule plus de 400 millions de crédits budgétaires, qui correspondent à une partie de la réserve de précaution, puis demande de financer le surcoût au-delà des provisions initiales de 750 millions d’euros. D’une part, la réserve de précaution permet au ministère de payer les factures en fin d’année. Ce qui veut dire d’autre part que le report de charge va exploser. Il était déjà plus que limite, il sera au-delà de la limite. Aujourd’hui, on ne sait pas encore quel sera le niveau de report de charge et à quelle hauteur sera ponctionné le programme 146 à la fin de l’année. Mais on va arriver à des sommes importantes. On en saura plus au moment de la loi de règlement.

Lire la suite de l’interview sur La Tribune