S’intéresser à la Seine-Saint-Denis, c’est voir le futur visage de la France et de l’Etat

A la veille d’un débat dans l’hémicycle autour de son rapport d’évaluation de l’action de l’Etat en Seine-Saint-Denis, François Cornut-Gentille a auditionné plusieurs responsables locaux et connaisseurs de l’action publique dans ce département.

Ainsi, sont venus témoigner de la persistance des difficultés le président du tribunal de grande instance, Renaud Le Breton de Vannoise, l’ancien commissaire de Saint-Denis, David Le Bars, la présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire, Nathalie Mons, et le président du conseil départemental, Stéphane Troussel.

Tous ont fait part de leur difficulté à convaincre leurs pairs de la gravité de la situation et de la nécessité de mobiliser des besoins exceptionnels. Comme l’a indiqué François Cornut-Gentille, “en Seine-Saint-Denis, on commence à voir le nouveau visage de la France. C’est pour cela que l’enjeu concerne tout le pays“.